x 
x 

La Léiffrächen - Monument National des Mineurs

En venant à  Kayl, on découvre, enchâssée entre les forêts et les collines rouges, la pointe d'une tour. Elle est le signe d'un monument spécial, qui fut érigé pour commémorer tous les mineurs qui ont perdu leur vie lors de l'exécution de leur lourde tâche.

"All eisen Biergaarbechter den herzlechste Merci", ce qui signifie: "A tous nos mineurs un merci cordial", y est gravé dans la pierre angulaire. Le 8 septembre 1957, cette oeuvre imposante a été inaugurée.

Dans la cour d'honneur, le cénotaphe d'un mineur constitue le coeur de ce monument. La pierre tombale porte la dédicace suivante: "E'er an Dank den daperen Biergléit de' go'wen Blutt a Liewen fir Familgen an Hemecht." ce qui signifie: Honneur et Merci aux braves mineurs qui donnèrent sang et vie pour leur famille et leur patrie.

Sur 19 tableaux se retrouvent gravés plus de 1400 noms de victimes des mines. Sur les autres tableaux sont éternisés des chiffres et des scènes de la vie des mineurs.

Cette cour est entourée de murs hauts de quelques mètres, où sont fixés 26 tableaux d'honneur en schiste de Martelange. 

De précieuses sculptures en pierre, créées par l'artiste kaylois Georges Klein, embellissent le somptueux escalier qui monte vers la cour d'honneur.

A la pointe du mont s'érige une magnifique tour d'une hauteur de 41 mètres, qui porte une croix. Cette tour est constituée de poutres-Grey de l'usine Hadir de Differdange et elle renferme une cloche, offerte par Madame Emilie Berens-Lecuit, l'épouse du propriétaire de la mine, Léon Berens.

Le visiteur bénéficie d'un magnifique panorama à partir de la plate-forme, et ce du nord-ouest jusqu'au nord-est. Des monts rouges sur le "Brucherberg", on ne voit presque plus rien, car ici la nature est en train de reprendre le dessus. Le regard du visiteur plonge dans le Val de Kayl, grand ouvert sur Bettembourg et le Roeserbann. La zone industrielle de Dudelange-Bettembourg se trouve presque devant la porte et s'étend jusqu'au Mont-St. Jean.

Le site de ce monument fut déclaré "Monument National des Mineurs" en mars 1978, et les obligations qui en découlent ont été acceptées de bon gré par la population.

ImageMonNational
liffrchen grotte2
En 1753 l'ouvrier Peping découvrit, en coupant un taillis, une statue de Notre-Dame dans le creux d'un arbre. Au lieu de l'emporter chez lui, il creusa avec son fils une petite niche dans le roc voisin pour y déposer la statuette. 


Au début foyer de prières pour les habitants du Val de Kayl, surtout lors de la Révolution française, cette statue se muta en une image de piété et un lieu de pèlerinage où les pèlerins de toute la grande région cherchaient la consolation.

Depuis 1929, les Polonais résidant au Luxembourg rendent visite à leur reine des mines chaque année le 15 août.

Après que la première statue eût subi de nombreux dégâts, on installa en 1937 une statue en chêne dans une grotte avoisinante qui représentait l'entrée d'une mine. Un très ancien hêtre au tronc rabougri qui pousse dans le minerai rouge la protège du toit de ses branches. Tout au long de la dernière Guerre Mondiale de nombreux pèlerins apportaient leurs soucis en ce lieu. Lors du 200e anniversaire de la découverte de la statue, une fête spéciale fut organisée en 1953. Dans un bref de Rome, le Pape Pie XII donna officiellement à la "Léiffrächen" le nom de "Notre-Dame des Mineurs" et manda à l'évêque Mgr. Jos. Philippe de procéder à son couronnement. Un événement extraordinaire pour Kayl et le Grand-Duché de Luxembourg.

Depuis le 26 juillet 1953 la "Léiffrächen" est officiellement la patronne de tous les mineurs. En la même occasion, on procéda à la pose de la première pierre du "Monument National des Mineurs" sur la colline voisine.

Pour commémorer la mémoire des nombreux mineurs morts sur leur lieu de travail, leurs noms ont été gravés sur le Monument.